lundi 31 mars 2014

Escapade ornitho sous le soleil du Mexique.





 "Ah! comme la neige a neigé!
Ma vitre est un jardin de givre.
Ah! comme la neige a neigé!
Qu'est-ce que le spasme de vivre
A tout l'ennui que j'ai, que j'ai!..."



Et oui, comme il devait s'ennuyer notre Émile Nelligan national pour écrire ces vers qui ont trouvé écho à travers les âges. Mais peut-être se serait-il moins ennuyé s'il avait été ornithologue et s'il avait passé la saison hivernale à observer les oiseaux venir aux mangeoires qu'il aurait eu la bonne idée d'installer dans son jardin de givre ??? Mais il faut dire que "la neige a neigé" passablement au Québec en cet hiver 2013-2014 et que le tout ne semble pas vouloir s'atténuer en ce 28 mars 2014 alors qu'il neige encore à plein ciel et que les prévisions météorologiques nous en promettent encore dans quelques jours.

On a beau être "fait fort", comme on dit au Québec, il reste que le moral en prend un coup quand l'hiver s'étire obstinément. Une escapade vers des lieux ensoleillés et chauds est plus que bienvenue, mais la question reste toute entière, où aller ?  Comme nous avons déjà un voyage majeur et coûteux prévu pour le mois de novembre 2014, soient le Sud de l'Inde et le Sri Lanka, nous ne pouvons pas investir trop d'argent dans cet intermède hivernal, mais nous ressentons tout de même le besoin de nous changer les idées. Et nous voulons des oiseaux et du soleil assurés. J'ai bien le goût de retourner sur la côte sud ouest du Mexique, donc du côté de l'océan Pacifique, où le soleil promet de luire de tous ses feux à tous les jours et pendant tout notre séjour. C'est certain que le côté Atlantique, avec sa Riviera Maya et Cancun, est tentant, mais la possibilité de temps nuageux est plus envisageable et ça ne me tente pas du tout de prendre le risque.

L'expérience acquise au fil des années au Costa Rica m'a appris que le versant donnant sur l'océan Atlantique était beaucoup plus humide et pluvieux que celui donnant sur l'océan Pacifique. Les vents dominants soufflent d'est en ouest. Quotidiennement, les nuages poussées viennent s'accrocher aux sommets des crêtes montagneuses s'élevant au milieu du pays et ils s'accumulent à mesure que la journée avance. Arrivés à un certain stade, ils crèvent leurs eaux et voilà que la pluie tombe avec force et pendant une durée de temps variable selon les endroits. Véritable pluie tropicale. Du côté Pacifique, la température est chaude et sèche. La végétation qu'on y retrouve est du type "tropicale sèche" et, en dedans de plusieurs kilomètres le long de la côte, les paysages sont constitués en majorité d'arbres bas, de buissons, de cactus et de terre cuite par le soleil ardent. Ici, en saison sèche (i.e. durant notre hiver à nous, nord-Américains), les arbres se départissent de leurs feuilles afin de conserver toute l'humidité et les nutriments emmagasinés par leurs racines au profit des fleurs, des fruits et des graines qui assureront la pérennité de l'espèce. Cette absence de feuilles est fort salutaire pour les ornithologues qui peuvent alors mieux suivre les déplacements des oiseaux dans la végétation.


Habitat de forêt tropicale sèche à moins de 15 minutes de marche de l'hôtel Barcelo Premium à Huatulco. Photo Anne Déry, 14 février 2014.


C'est ainsi que notre choix se porte sur une destination couverte par la compagnie aérienne Sunwing, l'hôtel Barcelo Premium à Huatulco. C'est une destination touristique populaire chez les Canadiens de l'ouest du pays. C'est un "tout inclus" et cette formule me plaît beaucoup lorsque je suis en voyage familial. Au Québec, le départ se fait seulement en partance de Dorval. Ce sont les rapports de voyage écrits par Pierre Bannon et Régis Fortin qui me font découvrir cet endroit. Après avoir vu les photos et la liste d'oiseaux qu'ils en ont rapportées, je sens que ce serait un endroit idéal pour allier vacances-farniente-ornitho-photos. Et nous ne sommes pas déçus. Avant de vous présenter des photos des endroits visités, je veux insister sur le fait que environ 130 espèces des 185 espèces recensées par Anne et moi durant notre séjour de 14 jours ont été observées à une distance à pied à partir de notre hôtel. Notre horaire quotidien consiste en une excursion ornithologique entre 6h30 et 9h30, retour à l'hôtel pour le déjeuner et nous passons le reste de la journée à jouer au lézard au bord de la piscine ou de la plage. Et comme il fait soleil les 14 jours de suite, nous avons amples occasions d'observer des oiseaux spectaculaires et généreux dans leurs prestations.


Entrée paysagée de l'hôtel Barcelo Premium à Huatulco. En raison de la présence de gros arbres fruitiers, cet endroit grouille d'oiseaux tôt en journée et en fin d'après-midi. Photo Anne Déry, 12 février 2014.
  

Voici le terrain de golf de Huatulco à environ 15 minutes de marche de notre hôtel. Lors de notre séjour, il est fermé pour cause de rénovation, mais nous pouvons le parcourir sans problème. Nous respectons évidemment les chemins empruntés habituellement par les golfeurs. Malgré qu'il était ouvert au public lors de leurs passages respectifs, Pierre et Régis ont pu parcourir les mêmes chemins. Photo Anne Déry, 16 février 2014.


À environ 20 minutes de marche de l'hôtel se trouve une petite marina qui ajoute un habitat différent qui procure de belles observations. Nous y allons aux deux jours. Photo Anne Déry, 12 février 2014.

Mais, nous connaissant Anne et moi, je sens qu'il serait bon de prévoir quand même quelques jours de sortie avec un guide ornitho local. Il y a des montagnes toute proches et un habitat différent veut dire des espèces différentes. Une couple de mois avant de partir, nous rencontrons au Cap Tourmente nos amis Camille Tremblay et Marcelle Légaré et ils nous disent qu'ils reviennent de la province d'Oaxaca au Mexique où ils ont eu comme guide un certain Eric Antonio Martinez. Camille ne tarit pas d'éloges envers ce jeune homme. Je me dis alors que je tiens le filon et je le contacte par courriel ( mirmidons_1987@yahoo.com ). Nous convenons de louer ses services pour les 17,18,19 et 20 février. Durant ces dates, il guide déjà deux clients en provenance du Chili et ça nous fait plaisir de nous joindre à eux. Eric a grandi à Huatulco où il connaît tous les recoins, mais il vit aujourd'hui dans la ville d'Oaxaca (prononcé OAKA), une ville située à 6 heures de route au nord. Il s'engage à venir nous chercher le matin à notre hôtel vers 5h30, à nous ramener à l'hôtel pour le midi et à revenir nous chercher vers 15h30 pour une autre sortie avant le souper. Il n'y a que la journée où nous nous rendons en montagne à Pluma Hidalgo, à une heure et trente minutes de route, que nous projetons de prendre un goûter sur le terrain à cause de la distance à parcourir pour revenir à l'hôtel. Voici, en images, les lieux visités avec Eric, Magdalena et Willie.


Situé à une vingtaine de minutes de route de l'hôtel, le parc national de Huatulco nous réserve de belles surprises. Nous y passons l'avant-midi du 17 février 2014. L'habitat est la forêt tropicale sèche caractérisée par des arbres aux feuilles petites. Sur cette photo de Anne, nous reconnaissons Eric, Laval et Willie.


La vue près de Pluma Hidalgo est fort panoramique. Cette région est reconnue pour son café. La route de terre sillonne le flanc des montagnes et elle rejoint des petits villages. Un endroit superbe pour faire de belles découvertes. Situé à une heure et trente minutes de route de l'hôtel, nous y passons la majeure partie de la journée du 18 février. Photo Anne Déry.


Le 19 février au matin, nous rejoignons Puerto Angel, à environ une heure trente minutes de route de notre hôtel vers le nord. Vers 7h30, nous empruntons une petite embarcation qui nous amènera au large de la côte. Excursion aux pélagiques de quatre heures où de belles surprises nous attendent. Photo de Anne Déry. Eric, Laval, Willie et notre capitaine.


Au large, nous rencontrons un immense groupe de dauphins, des raies, des tortues, un serpent, des oiseaux pélagiques (puffins, labbes, mouettes, sternes). Nous ne nous ennuyons pas. En revenant, nous nous approchons d'immenses rochers où nichent des fous et des frégates. Photo de Anne Déry.


Le 20 février au matin, nous nous retrouvons à pas plus d'une quinzaine de minutes de route au sud de l'hôtel dans un habitat typique de la région. Encore là, grâce à l'expertise d'Eric, nous ajoutons d'autres espèces intéressantes. Photo de Anne.



Le 20 février, en après-midi, nous nous rendons à l'embouchure de la rivière Copalita. Un endroit fréquenté par les adeptes du surf et les baigneurs, mais également par des oiseaux aquatiques variés. Un site superbe et à explorer absolument dans la région de Huatulco. Photo Anne Déry.



Je sais, je n'ai pas partagé beaucoup de photos d'oiseaux dans ce billet, mais je l'ai écrit à titre d'information pour les lecteurs qui seraient à la recherche d'idée pour une destination alliant vacances familiales, détente et ornithologie.

Voici une dernière photo prise par Anne et donnant un point de vue sur les rochers situés en face de notre hôtel.






 @ bientôt.





  

3 commentaires:

Jean-Sébastien Guénette a dit…

Wow! Un gros merci pour ce billet Laval. Tu viens de trouver ma prochaine destination pour mon voyage familial! :) :) :)

Sophie Labelle a dit…

Je prends des notes moi aussi! Mes enfants sont encore jeunes (2 ans et 3 mois), mais je sens l'appel. D'ici un an ou deux certainement ! J'ai hâte de voir les photos...

Anonyme a dit…

J'apprécie grandement vos rapports de voyage, Ils m'ont été très utile l'an passé pour planifier mon voyage au Panama. Et qui sait m'aideront dans mes voyages futurs: Mexique, Bélize, Costa Rica... C'est permis de rêver!
Marie-Claude, Longueuil