jeudi 28 juin 2018

Arizona: du Grand Canyon à Portal.





Je rêvais de l'Arizona depuis que mon ami Mario Grégoire et sa compagne Lise Huppé,  de Victoriaville, y ont fait un séjour dans les années 90. Comme pour bien des passionnés d'oiseaux qui visitent ce bel état américain, ils ont surtout couvert la partie sud-est où se retrouvent les principaux sites d'intérêt ornithologique, soient Madera Canyon, Ramsey Canyon, Patagonia ou Portal. Ce qui fait la particularité de cette région est la présence d'espèces observées habituellement plus au sud, soit au Mexique. Lorsque nous regardons les cartes de distribution de quelques unes de ces espèces, la tendance remarquée est que ces espèces semblent suivre un corridor naturel passant par ou longeant la chaîne de montagnes formée par la Sierra Madre Occidentale au Mexique pour aboutir dans les montagnes Chiricahua en Arizona. En fait, c'est la similarité d'habitats entre la partie sud-ouest des États-Unis et la partie nord-ouest du Mexique qui explique le mieux ce phénomène.

Connue comme la province géologique de "Basin and Range", cette vaste région occupe une superficie d'environ 440 000 km2 . Son nom désigne, en géologie, un type de relief caractérisé par des séries de petites chaînes de montagnes parallèles séparées par de larges vallées s'étendant parfois sur de grandes régions. La province comprend plusieurs déserts et zones arides et de nombreuses régions écologiques différentes.

Au nord de Phoenix, nous montons en altitude jusqu'aux environs de Flagstaff et le climat aride du sud fait place à un climat plus tempéré. Les vastes étendues peuplées de grands cactus de la région de Phoenix font place à de grands plateaux avec des champs herbeux et des parcs où arbres feuillus et conifères font bon ménage. Et qui dit changement d'habitats dit aussitôt variété différente d'oiseaux, de plantes ou d'animaux. La partie nord de l'Arizona, dans la région du Grand Canyon, promet de recéler de belles surprises et c'est là que nous commençons notre aventure. Arrivés à Phoenix en mi-journée du 3 mai 2018, nous prenons possession de notre véhicule loué à l'aéroport et nous nous dirigeons pour notre premier arrêt à Flagstaff.   


Trajet effectué en Arizona entre le 3 mai et le 17 mai 2018 et couvrant un total de 3 132 km ou 1 946 milles.


3 mai 2018


Un superbe mâle de Merlebleu de l'Ouest / Sialia mexicana occidentalis / Western Bluebird nous souhaite la bienvenue juste à l'arrière de l'hôtel Aspen Flagstaff / Grand Canyon Inn Suites, à Flagstaff.


Ce Junco ardoisé (à dos roux) / Junco hyemalis dorsalis / Dark-eyed Junco (Red-backed) se retrouve plus au nord que ne l'indique sa carte de distribution présentée dans le guide Sibley, mais son bec bicolore ne laisse planer aucun doute sur son identité véritable.


La race cafer de notre Pic flamboyant se retrouve à l'ouest du continent et il se distingue par la moustache rouge et les dessous (queue et ailes) rosés. D'où le nom de Pic rosé dont il a déjà été affublé. Son nom actuel: Pic flamboyant / Colaptes auratus cafer / Northern Flicker.

 
4 mai 2018

 

Ce Pic de Lewis / Melanerpes lewis / Lewis's Woodpecker s'avère l'une des plus belles surprises du voyage. Nous ne le verrons plus par la suite. Alors que nous nous arrêtons pour prendre une photo à l'entrée du parc du Grand Canyon, nous l'apercevons tout près de nous. Il nous laisse prendre quelques photos avant de s'envoler. Tout un début de journée.


Le Geai de Woodhouse / Aphelocoma woodhouseii / Woodhouse's Scrub-Jay est commun au Grand Canyon. Il était autrefois considéré comme une sous-espèce du Geai buissonnier / Aphelocoma californica / California Scrub-Jay.


La Mésange des genévriers / Baeolophus ridgwayi ridgwayi / Juniper Titmouse fréquente les forêts de pins et de conifères des hauts plateaux du nord de l'Arizona.


La Paruline de Grace / Setophaga graciae graciae / Grace's Warbler fréquente les grands pins où elle se nourrit des petits insectes qui se cachent parmi les grandes aiguilles végétales.


5 mai 2018




Voici selon moi la plus belle de nos hirondelles nord-américaines. En vol, l'Hirondelle à face blanche / Tachycineta thalassina thalassina / Violet-green Swallow ressemble à notre Hirondelle bicolore par son coloris et par sa taille. Ce n'est que lorsqu'elle est perchée que nous pouvons admirer le violet au croupion et le vert sur son dos. Comme la bicolore, elle niche dans des trous d'arbres.


Le Geai du Mexique / Aphelocoma wollweberi arizonae / Mexican Jay est commun sur tout le territoire. À l'instar des autres membres de sa famille, il est très vocal et bruyant.


Pour les Québécois, voici une espèce qui représente bien l'ouest du pays. Le Piranga à tête rouge / Piranga ludoviciana / Western Tanager, commun dans l'ouest, est rarement observé au Québec. Les 3 dernières photos ont été prises dans la Watson Lake Preserve à Prescott, Arizona.


6 mai 2018



Alors que nous observons le Junco ardoisé (à dos roux) au nord de l'Arizona, nous devons nous rendre dans la partie sud-est de l'état pour voir le Junco aux yeux jaunes / Junco phaeonotus palliatus / Yellow-eyed Junco. Nous sommes au Madera Canyon, près de Green Valley où nous logeons au Vagabond Inn Executive.


Plusieurs espèces nichent en ce début de mai. Ce Junco aux yeux jaunes, malgré des apparences trompeuses, ne vient pas m'offrir ces appétissantes chenilles, mais il le fera sans doute dans quelques secondes à des oisillons autrement plus affamés que moi.


L'élégante Mésange arlequin / Baeolophus wollweberi vandevenderi / Bridled Titmouse remplace la Mésange des genévriers présente plus au nord, dans la région du Grand Canyon. La arlequin s'observe quotidiennement au sud de Phoenix.


De la taille de notre Colibri à gorge rubis, le Colibri à gorge noire / Archilochus alexandri / Black-chinned Hummingbird fréquente les postes d'alimentation et les aménagements floraux entourant les lieux habités. À Madera Canyon, il s'agit de se rendre au Santa Rita Lodge pour pouvoir profiter de postes d'alimentation et d'abreuvoirs très fréquentés. Facile à trouver, le long de la route asphaltée qui traverse le parc, l'accès est gratuit si on demeure en retrait des mangeoires. Belles observations et photos garanties.


7 mai 2018


Le Colibri circé / Cynanthus latirostris magicus / Broad-billed Hummingbird est plus gros et plus foncé que le Colibri à gorge noire. Son bec rouge est diagnostique.


Oh qu'elle est furtive cette Ictérie polyglotte / Icteria virens auricollis / Yellow-breasted Chat. Peu habitués à cette espèce, nous l'avons cherchée pendant de longues minutes. Elle est très vocale et elle émet des sons facilement associés à bien des espèces différentes: oriole, moqueur, viréo, geai... On finit par en perdre son latin. À force de patience, et bien des chuintements,  voilà qu'apparaît l'auteur de tout ce boucan. Une fois qu'on le sait, on sauve bien du temps à ne pas essayer de dénicher cet as du cache-cache.


Le Tohi d'Abert / Melozone aberti vorhiesi / Abert's Towhee n'est pas rare du tout, mais il est très silencieux et il se nourrit au sol. Il passe souvent inaperçu. Je photographie celui-ci au Patagonia Lake State Park, près de la ville de Patagonia.


Le cri du Pic arlequin / Picoides scalaris cactophilus / Ladder-backed Woodpecker ressemble beaucoup à celui de notre Pic mineur. Ce dernier est cependant rare en Arizona. C'est la première fois que nous pouvons le voir si bien. Nous sommes dans la cour du Paton Center for hummingbirds, à Patagonia.


Et voici l'espèce vedette de cet endroit. Nul autre site en Amérique du Nord ne peut autant garantir d'ajouter sur sa liste à vie l'Ariane à couronne violette / Amazilia violiceps ellioti / Violet-crowned Hummingbird. Elle vient se sustenter à l'occasion à l'un ou à l'autre des nombreux abreuvoirs mis à la disposition des colibris et autres adeptes de nectare. Nous sommes très chanceux de la voir arriver lors de notre visite de quelques heures dans cette cour.


8 mai 2018


Autre espèce associée aux milieux arides de l'ouest américain, le Phénopèple luisant / Phainopepla nitens lepida / Phainopepla porte un manteau très sobre. Noir chez le mâle et gris chez la femelle. Ce n'est qu'en vol que le mâle révèle le blanc de ses primaires. Cet oiseau élancé aime se percher sur le bout d'un arbuste ou sur un fil électrique le long de la route.


Les tyrannidés ne sont jamais faciles à identifier au premier coup d'oeil. Ils semblent tous pareils. Les sons émis sont très utiles dans la plupart des cas. Ce Tyran à gorge cendrée / Myiarchus cinerascens cinerascens / Ash-throated Flycatcher très coopératif ne se tient pas très loin d'un Tyran de Wied / Myiarchus tyrannulus magister / Brown-crested Flycatcher et d'un Tyran olivâtre (Arizona) / Myiarchus tuberculifer olivascens / Dusky-capped Flycatcher (Arizona).


Ce n'est pas toujours évident d'observer le crochet qui termine la mandibule supérieure chez certains viréos. C'est bien le cas ici pour le diminutif Viréo de Hutton / Vireo huttoni stephensi / Hutton's Vireo. À Madera Canyon, il est abondant et nous entendons son chant caractéristique tout au long de la journée.


9 mai 2018



Les granivores et les insectivores ne manquent pas en zone aride. Le Tohi des canyons / Melozone fusca mesoleuca / Canyon Towhee est plus fréquemment observé que le Tohi d'Abert. Photo réalisée à San Pedro Riparian National Conservation Area, près de Sierra Vista.



Une belle surprise nous attend à San Pedro alors qu'un Colin écaillé / Callipepla squamata pallida / Scaled Quail accompagne un petit groupe de Colins de Gambel. Beaucoup plus peureux que son cousin à la couette frontale, l'écaillé se confond davantage dans les hautes herbes de par sa couleur et son plumage cryptique. Par contre, sa huppe pâle nous permet de le repérer assez facilement. La connaissance de son chant, bien différent de celui du Gambel, est un atout important pour reconnaître sa présence.


On ne pourrait dire mieux que ce Petit-duc des montagnes / Megascops kennicottii yumanensis / Western Screech-Owl vit dans le coeur même de cet énorme chêne. À l'image des différentes espèces du genre Megascops se retrouvant à travers le monde, il aime profiter des derniers rayons de soleil avant d'entreprendre une nuit trépidante dévolue à la poursuite de petits rongeurs et de reptiles abondants en zone aride. 



10 mai 2018


J'avais bien hâte d'ajouter à ma liste mondiale au moins une espèce de ces moqueurs au bec incurvé. Une seule visite antérieure, en janvier et dans le sud de la Californie, ne m'avait pas permis de le faire. Ces oiseaux étaient alors plus au sud. Le Moqueur de Palmer / Toxostoma curvirostre palmeri / Palmer's Thrasher ou Moqueur à bec courbe / Curve-billed Thrasher est commun dans le sud-est de l'Arizona. Cet individu se nourrit au sol tout près des habitations longeant la route menant au Miller Canyon.


Quand la longue plainte descendante du Troglodyte des canyons / Catherpes mexicanus conspersus / Canyon Wren se fait entendre, c'est que l'oiseau n'est pas très loin. Et nous le découvrons alors qu'il est occupé à nourrir ses rejetons.


Qu'il est beau ce Pic glandivore / Melanerpes formicivorus formicivorus / Acorn Woodpecker ! Il est peu farouche et,  malgré notre présence, il vaque à ses tâches quotidiennes qui comprennent entre autres la maintenance d'un entrepôt bien spécial. À suivre dans la prochaine photo...


Le Pic glandivore, comme son nom l'indique, dépend fortement des glands pour se nourrir. Dans certaines parties de leur aire de répartition (par exemple, la Californie), les pics créent des greniers ou des «arbres à glands» en perçant des trous dans des arbres morts, des branches mortes, des poteaux téléphoniques et des bâtiments en bois. Ils forent également des trous dans l'écorce épaisse d'arbres vivants matures, notamment le Pin ponderosa en Californie. Ces trous, toujours au-dessus de la limite des neiges pour que les glands puissent être récupérés en hiver, peuvent être observés par centaines sur de grands arbres. Ils ne nuisent pas à l'arbre. Les pics recueillent alors des glands et trouvent un trou qui est juste la bonne taille pour le gland. Au fur et à mesure que les glands s'assèchent, ils perdent du volume et ils sont déplacés vers des trous plus petits. L'entretien du grenier nécessite une quantité importante de temps pour l'oiseau. Ils se nourrissent également d'insectes, de sève et de fruits.



11 mai 2018


Ma dernière observation de cette espèce remonte au 23 janvier 2017 et c'était au Québec, plus spécifiquement à Saint-Mathieu-de-Rioux dans le Bas-Saint-Laurent. Non pas que cette espèce soit régulière au Québec, mais un égaré peut être observé aux mangeoires en période hivernale. Le Tohi tacheté / Pipilo maculatus montanus / Spotted Towhee est très commun en Arizona et ses cris de contact sont entendus un peu partout en forêts montagneuses.



Une autre espèce abondante dans les forêts de chênes et de pins de l'Ouest est le Pioui de l'Ouest / Contopus sordidulus veliei / Western Wood-Pewee. La forme conique de sa tête aide beaucoup à le différencier des autres espèces d'empidonax qui peuvent partager son habitat.


12 mai 2018


La sous-espèce albescens du Grimpereau brun / Certhia americana / Brown Creeper se rencontre dans les montagnes du sud-est de l'Arizona, du sud-ouest du Nouveau-Mexique et du nord-ouest du Mexique. Certains taxonomiste lui donne le nom anglais de Mexican Creeper. La différence notable que j'ai remarquée avec la sous-espèce americana se situe au niveau de la bande sourcilière plus large et qui se prolonge sur le front.


La sous-espèce icastus du Pic chevelu / Picoides villosus / Hairy Woodpecker est bien différente de la race villosus observable sous les cieux de l'est de l'Amérique du nord. Masque facial plus large, moins de blanc au niveau du dos et ailes presque dépourvues de points et de rayures blancs. Les dessous sont également plus gris.


Le Trogon élégant / Trogon elegans canescens / Elegant Trogon est une autre espèce-vedette très recherchée par les ornithologues dans le secteur de Portal et de Cave Creek Canyon. Facile à repérer au chant, il ne nous a pas fallu trop de temps pour le repérer. Espèce rare et localisée, cette région de l'Arizona est l'endroit le plus sûr pour espérer l'observer en Amérique du Nord.

Les espèces d'empidonax de l'Ouest ne sont pas plus faciles à identifier que celles de l'Est. Les sons émis sont très importants de même que les habitats. Dans les années 1990, l'espèce reconnue le long de la côte pacifique (et un peu plus à l'intérieur) était le Moucherolle du Pacifique / Empidonax difficilis / Western Flycatcher, mais elle a été depuis scindée en deux espèces distinctes. En Californie, on retrouve le Moucherolle côtier / Empidonax difficilis / Pacific-slope Flycatcher.  Celle présente dans les montagnes s'appelle Moucherolle des ravins / Empidonax occidentalis hellmayri / Cordilleran Flycatcher. C'est cette dernière espèce que l'on retrouve an Arizona.


13 mai 2018


Le Cardinal à tête noire / Pheucticus melanocephalus maculatus / Black-headed Grosbeak apporte beaucoup de couleurs aux mangeoires où on le retrouve sans peine. Nous sommes ici à la George Walker House située le long de la South Noland Road, Cave Creek Canyon près de Portal. C'est un arrêt proposé sur le pamphlet du site de ce vaste canyon.


Ce magnifique Colibri à gorge bleue / Lampornis clemenciae bessophilus / Blue-throated Hummingbird fréquente les mangeoires du Cave Creek Ranch. Ce lieu est privé, mais il est possible de passer quelques heures aux postes d'alimentation du complexe hôtelier en retour d'un faible paiement. Ça vaut vraiment la peine de visiter cet endroit.


Et voici le célèbre bip-bip, le véritable icône des vastes régions désertiques. Malgré sa taille appréciable, le Grand Géocoucou / Geococcyx californianus / Greater Roadrunner peut passer inaperçu, car il s'envole rarement et, en raison de la chaleur accablante du milieu de journée, il se cache souvent à l'ombre de la végétation arbustive. Il est donc plus facile de le voir en début ou en fin de journée. Celui-ci a été capté alors qu'il traversait la chaussée au pas de course. Et oui, nous avons également croisé l'aussi célèbre Coyote cette même journée en compagnie de quelques urubus, tous réunis autour d'une carcasse en bordure de route. Dès qu'il a aperçu notre véhicule, le canidé s'est vite volatilisé même si nous étions encore à une grande distance.



14 mai 2018


C'est tout près de la frontière du Nouveau-Mexique que nous observons notre seul Moqueur de Bendire / Toxostoma bendirei bendirei / Bendire's Thrasher du voyage. Il se distingue du Palmer par son bec plus court et moins incurvé. Son chant et l'habitat où il vit aident également à l'identification, car le juvénile du Palmer est affublé d'un bec plus court que celui de l'adulte.


Le chant volubile du Cardinal pyrrhuloxia / Cardinalis sinuatus fulvescens / Pyrrhuloxia nous porte à croire que l'auteur est un moqueur, mais heureusement pour nous il se perche bien en vue pour faire ses vocalises. Le mâle est très beau avec son gros bec jaune, sa crête et le rouge sur la partie ventrale.


Rares sont les films ou les documentaires télévisuels montrant des étendues désertiques où on n'entend pas les cris stridents du Troglodyte des cactus / Campylorhynchus brunneicapillus couesi / Cactus Wren. Je dirais qu'il est la voix des zones arides.


Autre icône des vastes étendues desséchées, le Colin de Gambel / Callipepla gambelii fulvipectus / Gambel's Quail est l'espèce de colin la plus abondante. On en voit partout et à toute heure de la journée. Sa couette légendaire a été rendue célèbre dans des dessins animés présentés dans les années 60.


15 mai 2018



L'Ibis à face blanche / Plegadis chihi / White-faced Ibis remplace l'Ibis falcinelle / Plegadis falcinellus / Glossy Ibis de la côte Est du continent nord-américain. Cochise Lake, dans la municipalité de Wilcox, est le lieu idéal pour trouver cette espèce.


Malgré le fait qu'il ne gagnera jamais un prix de beauté, l'Urubu à tête rouge / Cathartes aura aura / Turkey Vulture possède quand même un certain charme. La sous-espèce aura se retrouve dans la partie occidentale de l'Amérique et la sous-espèce septentrionalis survole la partie orientale.


L'Avocette d'Amérique / Recurvirostra americana / American Avocet niche autour du lac Cochise, à Wilcox. Ce plan d'eau attire une bonne variété d'oiseaux d'eau: limicoles, canards, grèbes... Un arrêt s'impose.


C'est le long de la Stateline Road, route séparant les états d'Arizona et du Nouveau-Mexique, que nous observons le seul Gobemoucheron à queue noire / Polioptila melanura lucida / Black-tailed Gnatcatcher du voyage. Et il traverse d'un état à l'autre sans trop s'occuper de la joie que nous éprouvons de pouvoir ajouter cette espèce sur deux listes différentes. Ah, ces listeurs  ;-) .


16 mai 2018



C'est dans la région de Tucson, plus précisément au Mont Lemmont, que nous passerons notre dernière journée d'ornitho en Arizona. Et l'espèce convoitée n'est pas la moindre puisqu'il s'agit de la Paruline à face rouge / Cardellina rubrifrons / Red-faced Warbler. Au cours du voyage, nous avons jasé avec quelques photographes qui nous ont suggéré cet endroit où cette très localisée paruline peut être trouvée avec le plus de certitude. Bien au fait de son chant, nous avançons lentement bien assis dans le véhicule à une altitude de 8 000 pieds lorsqu'une ritournelle connue vient faire vibrer nos tympans. Oui, c'est bien elle. Nous en découvrirons en fait trois individus différents. Wow ! Nous l'avons tellement cherché dans les différents canyons visités. Et nous l'avions même manqué de quelques minutes à  Cave Creek Canyon. Il était moins une.

Une autre espèce recherchée depuis le début du voyage est la petite Sittelle pygmée / Sitta pygmaea melanotis / Pygmy Nuthatch. Une autre pas facile en raison de sa taille et des cris faibles qu'elle émet si on les compare à ceux émis par nos deux sittelles québécoises.


La sous-espèce de Grive solitaire / Catharus guttatus auduboni / Hermit Thrush que nous avons observée en Arizona est plus terne que celle, la faxoni, présente au Québec. Elle est plus grise et montre moins de roux aux ailes.


L'Arizona devrait être sur la liste des endroits à visiter pour différentes raisons. Les ornithologues y trouvent des espèces d'oiseaux plus faciles à observer ici qu'ailleurs en Amérique du Nord. L'aridité du climat et la différence de température et de dénivellation entre la partie nord et la partie sud de l'état contribue à la variété des espèces animales et végétales. Il est très facile de louer une voiture et de se déplacer à son gré, car l'infrastructure routière est sans faille. Hormis la région de Portal, les hôtels à prix abordables sont nombreux et bien tenus. De même pour les restaurants, les stations service et les fast-food ouverts à toute heure du jour.

Les paysages sont magnifiques et le soleil est présent mur à mur. Jamais nous n'avons eu à nous préoccuper de la température qu'il ferait le lendemain. Ceci dépend bien évidemment de la période de l'année où nous nous rendons dans cet état. Vu les grandes chaleurs, une visite en plein été ne serait vraiment pas une bonne idée. Je crois que la période la meilleure pour s'y rendre est vers la deuxième ou la troisième semaine d'avril. Nous avons été choyé en mai, mais il était un peu tard pour les espèces migratrices qui ne sont que de passage vers leurs quartiers d'été situés plus au nord.


@ bientôt.


1 commentaire:

Tristan Jobin a dit…

Merci beaucoup pour cette belle description et les découvertes des oiseaux de l'Arizona! J'y retrouve quelques similitudes avec la Colombie-Britannique mais ça vaut certainement la peine d'y passer plusieurs jours!