mardi 29 octobre 2013

Une rencontre inespérée avec une légende vivante.



Nous sommes le 6 novembre 2005. Nous venons de prendre le vol en transit qui nous amène de Newark NJ à Quito EC. Au bout d'une heure, je décide de prendre mon guide "The Birds of Ecuador de Robert S. Ridgely" afin de me remémorer les oiseaux que nous verrons dès le lendemain alors que nous serons en Amazonie.

À un moment donné, l'homme qui est assis à ma droite tend sa main gauche vers moi et il prend mon guide, le retourne et, en pointant la photo à l'endos du livre, il me chuchote:"That's me !". Je regarde la photo, la compare avec l'homme et je constate que c'est bien lui. De plus, son billet d'avion excède la poche de son veston et je lis Robert S. Ridgely. Je n'en reviens tout simplement pas. J'ai à côté de moi un homme qui a consacré sa vie à l'étude des oiseaux d'Amérique du Sud et qui a écrit de nombreux articles ainsi que des livres qui ont permis à des milliers d'ornithologues à travers le monde d'en connaître plus sur la richesse aviaire de cette partie de la planète bleue. Je connaissais Robert à travers ses écrits et surtout en étudiant son guide "A Field Guide to the Birds of Panama with Costa Rica, Nicaragua and Honduras". Lors de mon premier voyage au Costa Rica, en mars 1989, c'est le livre que j'avais utilisé (i.e. la première édition de ce livre), car celui de Alexander Skutch devait paraître plus tard la même année. J'en avais également entendu parler par l'entremise d'un ami commun, Martin H. Edwards, de Kingston ON. Ce dernier avait fait partie du premier voyage de groupe que j'avais organisé à Cuba en mars 1988. Martin, un professeur de physique au collège militaire de Kingston ON, est un grand voyageur qui a été le premier ornithologue au monde à voir un représentant de chacune des familles d'oiseaux. Il avait déjà établi son record en 1988, lors du voyage à Cuba. Je me souviendrai toujours que j'étais à ses côtés, lors de ce voyage, alors qu'il avait coché sa 4,600ième à vie, un Hibou maître-bois / Asio stygius siguapa / Stygian Owl.

Toujours est-il qu'après Cuba, il s'était rendu en Équateur où il avait coché près de 800 espèces en cinq semaines alors qu'il accompagnait Robert Ridgely. Martin m'avait écrit pour me raconter ses péripéties et il n'en revenait tout simplement pas de la connaissance extraordinaire de Robert concernant les chants d'oiseau. Comme il me l'écrivait: "...he knows every chip, every call of all the birds". Dans mes rêves les plus fous, je n'aurais jamais cru que je serais assis un jour à côté de Robert Ridgely et que je pourrais m'entretenir avec lui. 


Robert S. Ridgely et Laval Roy. 6 novembre 2005



Cet homme est d'une amabilité et d'une simplicité peu communes. Il me raconte qu'il se rend à Quito pour aller superviser des études de terrain et qu'il se retrouvera même près du Sacha Lodge lorsque nous y serons. Nous parlons de nos connaissances communes. De Martin H. Edwards, de Jane Lyons, de Francisco "Pancho" Sornoza et finalement de Ted Parker III. J'ai toujours été un fan achevé de Ted Parker III et quand nous en avons parlé, j'ai vu dans ses yeux passer une ombre de tristesse facilement compréhensible. Ted et Robert ont travaillé longtemps de concert lors de leurs expéditions scientifiques.


Un nouvelle espèce de grallaire a été découverte en 1997 et décrite scientifiquement en 1999. Elle a été nommée en l'honneur de Robert Ridgely, la Grallaire de Ridgely / Grallaria ridgelyi / Jocotoco Antpitta.


Grallaire de RidgelyC'est donc en 1997 que Robert Ridgely découvrit cette nouvelle espèce tout à fait par hasard. Il était alors accompagné par un guide local, Lelis Navarette, et ils déambulaient dans un sentier pas très loin d'une route supportant un trafic commercial. Quand Robert entendit un "hoot" distant, mais fort, différent de celui d'un strigidé, il s'arrêta net. Il n'arrivait pas à associer le son à un oiseau qu'il connaissait. Quelques minutes plus tard, un oiseau d'assez bonne dimension sortit brusquement de la végétation et Robert ne parvenait pas à l'identifier. Il avait devant lui un oiseau inconnu de la science, une nouvelle et très distincte espèce de grallaire qu'il baptisa peu après "Jocotoco", d'après le son qu'elle émettait. Ainsi Robert Ridgely ajoutait une autre espèce au livre qu'il était en train d'écrire. En son honneur, on lui attribua le nom latin de Grallaria ridgelyi et le nom français de Grallaire de Ridgely. C'était bien mérité par un homme qui a tant contribué à faire connaître les oiseaux de l'Amérique centrale et du nord de l'Amérique du Sud. Au moins une douzaine de paires de Grallaires de Ridgely sont réputées vivre dans la réserve de Cerro Tapichalaca entre 2200 et 2700 mètres d'altitude. Tout de suite après la découverte de l'espèce, Robert Ridgely a mis sur pied la Fondation Jocotoco afin d'amasser des fonds pour acheter cette forêt et la soustraire à tout projet futur de déforestation. La réserve de Tapichalaca a donc constitué le premier projet d'investissement de la fondation dès 1998. Plusieurs autres sites ont été achetés depuis lors, garantissant la pérennité d'un grand nombre d'êtres vivants. 

J'ai eu le bonheur d'observer cette grallaire cinq ans après notre rencontre, soit le 4 décembre 2010, au même endroit où Robert l'avait d'abord découverte en 1997. J'étais accompagné de Anne, Jean-Jacques Gozard et Richard Yank alors que nous participions à un voyage de groupe dont le but était d'observer le plus d'espèces de grallaires possibles dans un périple qui nous menait du nord du Pérou jusqu'à Quito, la capitale de l'Équateur. Nous visions 15 espèces et nous avons terminé avec 19 espèces. Il y aurait bien d'autres billets à écrire sur ce voyage extraordinaire. 


Grallaire de Ridgely. Photo Trevor Feltham.
L'endémique Grallaire de Ridgely / Jocotoco Antpitta / Grallaria ridgelyi.  Photo de Trevor Feltham  prise le 4 décembre 2010 à la réserve de Tapichalaca,  dans le sud de l'Équateur, près de la frontière avec le Pérou, à 2460 mètres d'altitude.


  
À bientôt !






3 commentaires:

David Gascoigne a dit…

Great story. Thanks for sharing it with us. I have been to Ecuador twice and I will probably return again. The closest I came to Ridgely was in Colombia. He passed us on the road going the other way! My companions were (among others) Lelis Navarette and Mercedes Rivadeneira who were with Robert Ridgely when they discovered the Jocotoco Antpitta.

Laval Roy a dit…

Wow ! It's totally amazing, David, that you were with Lelis Navarette when you saw Robert Ridgely in Colombia. Life is so surprising sometimes. I wish you to return to Ecuador because there are always so many nice discoveries to do there. Thanks for you visit and your comments.

Noushka a dit…

Quelle histoire incroyable!
Avec tout ça, ta vie (le côté ornitho!) est tout aussi riche!
Quelle observation extraordinaire cette Grallaire de Ridgely, cet oiseau a une drôle de façon de se tenir, comme s'il passait plus de temps au sol que perché...
Comme j'aimerais pouvoir vadrouiller en Amérique latine dans le but d'observer tous ces oiseaux fabuleux!
Je n'en connais que le Nicaragua mais ça commence à sérieusement dater!
Merci pour ce partage Laval!
Bonne continuation!